Quand les femmes reprennent l’affaire familiale

LE MONDE | 19.09.2018 à 10h32 |
Par Anne Rodier

Pour réussir la transmission générationnelle de l’entreprise, naguère essentiellement une affaire d’hommes, les héritières doivent cloisonner et convaincre.

« Dans les entreprises familiales, il existe une espèce de “droit du sang”. Quand j’ai repris les rênes des mains de mon père, les manageurs ont peu remis en cause ma légitimité, se souvient Anne-Charlotte Fredenucci, PDG d’Ametra (sept cents salariés), un groupe d’équipement aéronautique dont elle a pris la tête en 2009. Mais il m’a fallu faire un putsch du côté de la famille, exiger le pouvoir de décision. »

Il y a dix ans, seule une entreprise familiale sur dix réussissait sa transmission à la génération suivante

La transmission d’entreprise est toujours un exercice délicat, en particulier pour les entreprises familiales. Il y a dix ans, le gouvernement qualifiait ce phénomène de « très préoccupant pour l’économie française » : seule une entreprise familiale sur dix réussissait sa transmission à la génération suivante.

« A chaque passage de génération, du fait d’un changement profond dans la propriété du capital, la pérennité même de l’entreprise est en jeu. Parce qu’elle se traduit inévitablement par une ponction de ressources financières au niveau des actionnaires familiaux, par un changement dans la direction et le système de gouvernance, elle représente une fragilisation du système dans son ensemble », expliquait le rapport Mellerio, réalisé en 2009 à la demande du gouvernement.

Changement d’époque

Des enjeux dont les femmes ont longtemps été « protégées ». Durant des années, la transmission d’entreprises familiales a essentiellement été une affaire d’hommes, sauf quand un contexte historique particulier ouvrait la porte aux femmes. Eugénie Hortense Laurent, qui avait hérité de la maison Laurent-Perrier en 1925, l’a ainsi cédée en 1939 à Marie-Louise de Nonancourt. Mais, une fois la guerre finie, c’est son fils Bernard qui en deviendra PDG, en 1948.

L’époque a changé. Elizabeth Ducottet, une des rares femmes à avoir été auditionnée pour le rapport Mellerio, a été la première femme sur cinq…

Lire la suite

Contact Presse :

Henri GROUES
Chef de projet Marketing & Communication
Evermaps
01.41.38.38.35
www.evermaps.com

2018-10-22T12:36:41+00:00