Annoncée par Google en début de mois, la refonte globale de son offre professionnelle Google Maps n’est pas passée inaperçue. Comptant plus d’un milliard d’utilisateurs, le service de cartographique en ligne est devenu en 13 ans un incontournable du web.
Si la simplification de son offre, via le lancement de Google Maps Plateform, a été saluée les professionnels, l’augmentation des tarifs Google Map a provoqué un véritable tollé. Comment comprendre ce passage du “tout gratuit” au “fort coûteux” ? Quels ont été les évolutions de l’offre Google Maps ces 13 dernières années ? Qu’en sera-t-il demain ?

L’incontournable gratuité

2005, Google s’impose rapidement en proposant avec Google Map et Google Earth des services 100% gratuits et facilement intégrables. Souvent associé à Google Maps, la cartographie existait pourtant depuis les années 2000 avec Mappy, Via Michelin ou encore Evermaps.
2012, Google impose désormais des limites d’appels API. Si ce premier changement n’a pas été perçu comme une véritable menace, cela s’explique par une tarification peu contraignante pour les gros consommateurs et le maintien des quotas gratuits.
2018 voit finalement l’arrivée de nouvelles règles et les nouveaux tarifs Google Map font grincer des dents. Effectivement, le quota gratuit de 25 000 cartes affichées par jour passe à 28 000 par mois… Et pour les plus gros consommateurs, un site avec 100 000 cartes affichées par jour voit son coût multiplié par plus de 500.

Quelles conséquences pour les utilisateurs et les entreprises ?

Si de nombreuses cartes risquent de dysfonctionner si ce changement n’est pas rapidement pris en compte et risquent donc d’affecter l’expérience utilisateur, les sociétés qui profitaient des plafonds de gratuité de Google Map devront à présent débourser plusieurs milliers d’euros par mois.
Cette nouvelle politique tarifaire va de plus s’inscrire sur la durée. Manquant de visibilité sur le long terme, les utilisateurs vont peu à peu se tourner vers des solutions alternatives.

Cliquez sur l’infographie pour la télécharger 

Retour haut de page